Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

P i è c h 5 diverses. ' o5g

y ménen t; vous me re venez comme ce conquérant, qui croyoitn'avoir rien fait, tant qu'il restoit encore une partie du monde a conquërir. Vous venez d'entamer les états de Molièce; si vous le voulez fort, sa petite province sera daüs peu conquise. Je vous remercie de ce nouvel Harpagon , qui est, selon moi, une Comédie de mceurs ; si vous 1'aviez faite plus longue, il y auroit eu apparemment plus d'intérèt.

Voyez combien je vous ménage; je ne vous importune point pour vous voir a présent, j'attend* que Flore ait embellt ces climats, et que Pomone nous annonce d'abondantes moissons , pour vous prier d'entreprendre ce voyage; j'attends que mes lauriers aient poussé de nouvelles branches pour vous en couronner : au moins souvenez-vous qu'-après le duc de Richelieu, personne n'a de droits plus incoutestables sur vous que votre tudesque confrère en Apollon. Vale.

Sluiten