Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

POLITIQÜE DE LEUROPE. 1

ïiaritimes; après quoi elle publia le manifefte de fa conduite, & attaqua 1'Empereur, qui'étoit en quelque facon 1'agreffeur , vu les troubles qu'il avoit fomentés en Pologne, & que fes armées étoient prêtes a foutenir, s'il ne s'étoit vu luimême affailli. ^

L'Empereur, qui fe voyoit fur le point d'être attaqué de tous cötés, remua toutes fes machines pour entrainer 1'Empire k courir la même fortune: tous les plus habiies négocia;eurs furent employés de la part du miniftère de Viennepour inviter 1'Empire a déclarer la guerre a la France. Les vues de 1'Empereur étoient premièrement de tirer du fecoors de 1'Empire; en fecond lieu.de divifer les forces de la France, qui 1'ayant déja attaqué en Italië, n'auroit pas manqué de 1'y accabler. 11 eft bon de remarquer en paffant, que fi 1'Empire ne s'étoit point mêlé de cette guerre, elle auroic été plutót terminée. L'Empereur auroit perdu,en Italië ce que les alliés ont conquis ; mais on n'auroit pu démembrer la Lorraine de 1'Empire, fans donner lieu a de nouvelles brouilleries, & fans exciter un nouvel embrafement.

La guerre fe fit très-nonchalamment en Alleman gne, d'un cöfe paree que la poiitique de la cour de Verfaüles ne vouloit point donner d'ombrage' aux puiffances maritim^s, qui fe feroient indu'oitablement déclarées en faveur de 1'Empereur, fi elles avoient vu fes affaires a 1'extrêmité; & d'un autre-cóté, par une compücation de raifoiis difFé-

Sluiten