Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

P0LIT1QUE DE L'EUROPE. 37

avoit propofé. Ce Roi fe trouvant a Ia tête d'une armée, & pret a fondre fur l'Egypte, étonné d'une pareille propofition, balanga derépondre: Popi; lius, avec une baguette qu'il teno.it entre fes mains, tracé un cercle autour du Roi, & lui prdonne de répondre avant d'en fortir. Qu'on reinarque Ia hauteur & la manière abfolue dont 1'Ambaffadeur de France s'y eft pris dans les affaires de Genève. Qu'on jette les yeux fur le mémoire (*) que M. de Fénelon a préfenté aux Etats généraux a ia Haye touchant la fucceffion de Juliers; qu'on fe rappele les difputes puériles (**) entre eet Ambaffadeur & celui d'Angleterre fur une préféance auffi fin^ulière que nouvelle, & on pourra découvrir a tant de traits reffemblans, des deffeins auffi ambitieuxchez ces modernes que chez les anciens; des vues auffi étendues chez les uns que chez les autres; enfin un rapport exact entre Ia conduite de la France & celle de Philippe, Roi de Macédoine, ainfi qu'entre la France & Ia république romaine.

C*) A la fin de.ee traité.

('*) Cette difpute venoit de ce qu'a un feftin que donnoient les Etats généraux fe trouvèrent Mrs. les Ambafladeurs de France & d'Angleterre; 1'Anglois porta la fanté de 1'Empereur ou celle de la profpérité des Etats géné. raux: M. de iFénelon dit que c'étoit k lui a porter cette fanté: la chofe alla fort loin. On appclle cette difpute *a guerre du BuSet. Cette hiftoire eft généralement connue, * B 7

Sluiten