Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

242 P O E S I E S.

C'eft Ie médecin même, auffi barbare qu'eux. C'eft lui qui fait en grec nommér la maladie; A hater le trépas fon métier s'étudie, Si chez quelque malade on cioit a fon favoir, On 1'appelle, & fa vue écarté tout efpoir. Que le malade creve, ainfi le veut la mode : De Galien, dit - il, j'ai fuivi la méthode.

Reconnois a ces traits ramaffés au hafard, Peints par ma main novice, & fans fecours de 1'art, Les dangeri menagans dont la trifte cohorte, Soit chez nous, foit ailleurs, fans ceffe nous efcorte. Ni le fombre réduit oü fe tapit Ie gueux, Ni Téclatant dehors d'un palais fomptueux, Aux dures lois du fort ne peuvent nous fouftraire: De la mort chaque humain eft né le tributaire; Mais pour que fon afpect nous femble moins hideux, Ayons le cceur, Jordan, d'en occuper nos yeux. Quiconque fans effroi penfe a fe voir détruire, Atteint Ie plus haut point oü Ia raifon afpire. Le fage eft au defius des troubles de la peur, Et c'eft lui feul qui fait méprifer la douleur.

Jordan, tout bon poëte & tout peintre fameux Doit exceller furtout par le rapport heureux Des traits hardis, frappans, dont brille fon ouvrage, Avec 1'original dont il offre 1'image. Le peintre fcrupuleux doit dans tous fes portraits Iuiiter le maintien, le coloris, les traits,

Sluiten