is toegevoegd aan uw favorieten.

Oeuvres posthumes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

aof5 P O E S I E S.

Etalés au coin des marchés, Ont a fouffrir tous les outrages A ceux de Pradon reprochés.

Elevez donc un cénotaphe A mes écrits in fortunés, Véridique hiftonographe. Tracez y ces mors mieux tournés Qu'ils ne font dnns cette épitaphe: „ Ci-gifent, (d'Argens Ie psrafe) „ Ces vers morts le jour qu'ils font nés."

De 1760.

AU MARQUIS D'ARGENS,

Après que les Autrichiens eurent pris Schweidnitz.

"Les biens & les maux confondus, Dont le ciel a fetné Ie cours de nos années, -

Par leur flux & par leur reflux Bouleverfent fans fin nos frêles deftinées. L'avenir efl caclié, les Dieux feuls l'ont connur L'homme a Ie pénérrer s'abufe & perd fes peines; Ses calculs font fautifs, fes efForts fuperflus, II fe trouve écrafé par des coups imprévus.

Ahl Marquis, les chofes humaines

Sont toutes frivoles & vaines. Lorsqu'un malheur fubit vient de nous arriver,

Nous cornmencons par 1'oggraverï