Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

242 CORRESPONDANCE.

Ier de Ia métaphyfique de Wolf & de Leibnitz, dont je me fuis imaginée de faire une petite exquilTe en francois, fi Ia lecture des ouvrages de V. A. R. me lailToit affez de témérité pour lui en-, voyer les miens. Ces idéés font toutes nouvelles pour les têtes francoifes, & peut-être qu'habillées a notre mode, elles pourroient réuffir; mais il faudroit 1'éloquence & la profondeur de V. A. R. pour remplir cette carrière. Cependant, fi vous fordonnez, & fi vos occupations vous en lailfent le temps, j'aurai 1'honneur d'en envoyer quelques chapitres a V. A. R. ; il me femble que les habitans de Cirey, en quelque lieu qu'ils foient, vous doivent les préinilTes de leurs travaux , & fi V. A. R. daignoit corriger 1'ouvrage, je ferois bien füre du fuccès. Je fuis &c.

A Bruxelles, Ie 4 Mars 1740.

Monseigneur $

J'en voie enfin a V. A. R. mon EfTai de méta« phyfique ; je fouhaite & je crains presqu'également qu'elle ait le temps de le lire. Vous ferez peutêtre auffi étonné de le trouver imprimé, que j'en fuis honteule ; les circonftances qui 1'ont rendu public feroient trop longues a expliquer a V. A. R. J'attends pour favoir ü je doü m'en re-

Sluiten