Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

OU'DES PROVINCES UNIES, Liv. XXXIII. Sect. XIIL 51$

eet la majorité du Prince. Depuis la mort de la PrinceiTe Anne fa me- Hifi. 4e re, la Princeflè Marie - Louife , Douairière d'Orange , veuve de Jean Hollande. Guillaume-Frifo , ayeul du Stadhouder, avoit été obligée de fe charger l697>j"A de Padminiliracion , comme Tutrice. Avancer la majorité , c'étoit lui |"os foire une efpece d'affront.. Le jeune Stadhouder fe hfoa de lui écrire ' que non-lèulement il défapprouvoit la propofkion , mais qu'il vouloit attendre fa dix-huideme année , terme fixé par la réfolution unanime de toutes les Provinces pour fa majorité. La Princeflè Douairière, en proteftant qu'elle étoit prête k fe démettre de la tutelle, communiqua la lettre aux Députés de Zevenwouden, auteurs de la propofition, qui firent Mort Je U des excufes d'une démarche ou les avoit entrainés un excès de zele. GouverCetce Princeflè mourut dans ces circonftances, excrêmement regrettée des npnSe de Frifons, dont elle avoit toujours cherché k faire le bonheur. Elle fut remp'lacée dans le foin de nommer aux places de Magiftrature, dans les différentes villes de la Frife, par la Princeflè de Naflau-Weilbourg, fceur du Prince.

Apeu prés dans le même tems mourut Panden Penfionnaire Gillis, que nous Du Penavons vu accmé fi injufiement par le peuple, dont il eut été la viétime, P***fif* fi les Etats & le Stadhouder ne 1'euflènt pris fous leur procediion. 11 G,ll,s' eontinua d'exercer fa place jufques en 1749 •> <lu'd demanda la retraite. Elle lui fut accordée avec huit mille florins de penfion.

Enfin le huit Mars, terme de la minorité de Guillaume V, ce jeune Ann. 1766. Prince fut inauguré, prit féance dans 1'affemblée des Etats Généraux, dans Guilloucelle des Etats de Hollande, au Confeil d'Etat & dans toutes les Cours ^n maiT' de jufliee. Le Prince montra des qualités au deflus de fon dge & donna rité.. les plus hcureufes efpéranees de fon gouvernement. II témoigna en préfence des Etats Généraux , fa reconnoiflance envers le Duc de Brunswick, qui avoic pris foin de le former. Après la mort de la Gouvernante, il Pavoit nommé Colonel en chef de fa garde. Les Etats le firent remercier par leurs Députés, de Péducacion qu'il avoic donnée au jeune Prince T & firent demander a la Cour de Vienne , de lui permettre de continuer a fervir la République, en rellanc auprès du Stadhouder. Les Etats de Hollande lui envoyérent, comme un témoignage de leur reconnoiflance, une ordonnance de cent mille florins.

L'inflallation du Prince fut fuivie des fêtes les plus brillantes dans- toutes les Provinces. II engagea Ie» Etats a faire une promotion d'OSLiers Généraux, & le même jour il en fit une dans prefque tous les Régimens de la Province de Hollande, de Colonels, Colonels Commandans, Majors, Capitaines, Lieutenants, Cornates & Enfeignes. II jouiflbit pour la première fois, du droit qui lui avoit été concédé, le jour de fon inflallation par les Etats de Hodande, de ditpofer de tous les emplois miiitaires, depuis le grade d'Enleigne jufques k celui de Colonel inclufivement: il fut revêtu des charges de Grand Foreftier & de Grand Veneur de la Province , des direéb'ons générales des Compagnies des lades orientales occidentales, II alia k 1'Uuiverficé de Leyde, oü il fe déclara 1'amt & le proteéteur des ares & des fciences. 11 parcouruc eniuice les différeates Provinces & y fuc inflallé avec le plus grand éclac C'écoient parcoue.

Sluiten