is toegevoegd aan uw favorieten.

Magasin des adolescentes, ou Dialogues entre une sage gouvernante, et plusieurs de ses eleves de la première distinction.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

des Adolescente s.v 203

diftractions étonnantcs dans mes priè* res; je n'ai penfé ni a Dieu ni a mon falut.

Voila, ma Bonne, ce que m'occupa tout le bal: il y a toujours quelque penfée de cette espéce, cachée au fond de mon cceur, qui attend pour fe montrer, Ie moment que j'ai choifi pour me divenir.

Madem. Bonne.

Je vous prie, Lady Louife de me dire ce que vous penfez de la fituation de votre amie ?

Lady Louis e»

Je penfe qu'elle eft trop fcrupuleufe; 11 faudroit s'enterrer toute vivante, feIon elle. Dieu nous défend il les plaifirs innocens? Parlez-moi fincèrementj ma Bonne? fi vous croyez qu'il faille* les facrifier pour aller au Ciel, je le ferai; mais cela me donnera beaucoup de chagrin; car, Je vous le répète, j'aime le plaifir»

Madem, Bonne.

Cela eft naturel k votre êge, Madame;