Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

OU JOURNAL DES ENFANS. 37

mife ct pleurer. Ah , maman, nous pleurions auffi, ma coufine Lucine & moi, & je ne fais guère a quel propos , car nous étions fi joyeufes!

Cependant les pauvres enfans regardoient toujours du cöté de la première boutique; & ils ne paroiflbient pas auffi contens que leur mère.

Lucie s'en eft appercue, & elle m'a dit: Je ferois fachée que les pauvres petits euffent • quelque chofe a regretter. J'ai en^core un peu d'argent de refte , & je leur acheterai un pain d'épice a chacun.

Et moi, ai-je ajouté, je leur acheterai k chacun une petite poupée..

Nous fommes aïlées a une autre boutique , oü j'ai commencé par acheter cette petite bonbonnière pour ma fceur. Puts nous avons donné a chacun des petits enfans fon pain d'épice & fa poupée. Oh, il ■auroit fallu voir comme ils ont paru joyeux. C'étoit un plaifir de les regarder-. La petïre üile me mangeoit les mains de baifers; & Ia. B 1

Sluiten