Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 35 )

a 1'ancre devant Ie pertuis, a la hauteur de Kalants - Oog. Mais que Je Maitre de cette Barque s'imagina, qu'un Vaifleau de guerre ou une Frégate Angloife avoit donné la chaffe a ce Batiment. Le Vaifleau ea queftion arbora d'abord un Pavillon Anglois, puis un Pavillon Hollandois, & fous ce dernier il tira plufieurs coups a bouJet; il prit enfuite le jjarge, & s'éloigna li promptement des cötes, que vers le foir on ne diftinguoit plus fes baflês voiles.

- D'après eet Avis, le Contre Amiral ordonna a Mr. van Hoey de mettre en mer avec le Capitaine Bofch & le Cutter la Céléritê, enfemble, ou féparément, ainfi que les circonilances Pexigeroient, & d'aller au fecours du Navire des Indes; bien qu'il ne put fe perfuader aux manoeuvres du Vaiffeau de guerre, que ce fut un Batiment ennemi.

II ordonna encore a une Barque pontée de fortir a 1'inftant, pour kcourir le Vaiffeau des Indes, & pour le ramener au Texel auffi promptement qu'il feroit poffible: ce qui s'exécuta heureufement. ;

Nous avons cru de voir faire des recherches fur Ie Vaiffeau qui donna la chiffe au Batiment des Indes, & nous informer s'il appartenoit a 1'Etat.

Dans ce deffein nous écrivimes au Contre Amiral van Kruyne d'exajninerfi ce n'avoit pas été la Frégate la Junon, Capitaine de Wtth, qui étoit parti le 11 Novembre du Texel pour la Zélande nous lui demandames un rapport détaillè fur cette affaire, & il fatisfit a notre réquifition par celui que nous avons placé au N°. 12*?

Si la nouvelle de I'heureufe arrivée des Vaiffeaux, qui avoient paffé un tems ü conüdérable k Drontbeim, & enfuite dans le Liet de Bergen, nous caufa une fenfible joye, nous ne fumes pas moins fatisfaits en apprenant le retour*du Capitaine van der Beets, Sc de la Frégate la Palias, avec le refte du Convoi de la Baltique. Cet Officier avoit quitté Elfenear le 30 Oclobre, & il étoit arrivé au Vlie le 11 du mois de Novembre.

Variant de cette Ville il avoit pris fous fon Efcadre le Vaiffeau Ie Zierikzée, qui étoit arrivé le 29 Oclobre.

II le fit examiner par les Capitaines Ryneveld Sc Willink'; Sc après que le Capitaine Haringman, qui le commandoit, eut déclaré par une Atteftation formelle que ce Navire ne pouvoit tenir la mer, dans 1'état ou il fe trouvoit, on affembla un Confeil de Guerre, oü il fut réfolu de réparer ce Vaiffeau, autant qu'il feroit poffible, pour le faire partir avec les autres. Si en mer on venoit k y découvrir une nouvelle voye on prendroit le parti del'envoyerau port le plus voifin. Cependant au cas que le vent devint favorable, avant que ce Vaiffeau fut réparé, on devoit le laiffer a Elfeneur pour fe radouber & fe ravitailler, en perroettant aü

I 2 Capi-

Sluiten