is toegevoegd aan uw favorieten.

De la sagesse, trois livres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Livrei ï1?

médifance ou plainte perpétuelle. La 'populaire rend le fouverain de pire condition qu'un charretier, la monarchique le met au-deffus de Dieu Au commander eft la dignité, la difficulté (ces deux vont ordinairement enfemble) la bonté, la fuffifance, toute qualité de grandeurs. Le commander , c'eft-a-dire la fuffifance , le courage 1'autorité eft du ciel & de Dieu, imperium non nifi divino fato datur; omnis potejias d Deo ejl; dont dit Platon , que Dieu n'établit point des hommes, c'eft-a-dire de la commune force & fuffifance , & purement humaine, par-deffus les autres, mais ceux qui d'une touche divine, & par quelque finguliere vertu & don du ciel, 'furpaffent les autres, dont ils font appelles heroes; & 1'obéir eft 1'utilité, 1'aifance, la néceffité, tellement que pour la confervation du public, il eft encore plus requis que le bien commander, & eft beaucoup plus dangereux le déni d'obéir ou le mal obéir, que le mal commander. Tout ainft qu'au mariage, bien que le mari & la femme foient également obligés a la loyauté & fidélité , & 1'aient tous deux promis par mêmes mots , mêmes cérémonies & folemnités , ft eft-ce que les inconvéniens fortent fans comparaifon plus grands de la faute & adultere de la femme que du mari; auffi-bien que le commander & obéir foient pareillement requis en tout état & compagnie, fi eft-ce que les inconvéniens font bien

Pij