Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

OU DES PROVINCES UNIES, Liv. XXXIII. Sect. VI. 507

1'entrée du Confeil d'Etat. II fentoit que leur mérite leur donnoit un Hij " droit réel a ces places & a ces honneurs : il favoit ce que ces chefs de la Hol " NoblefTe Flamande pouvoient fur le peuple, & ne pouvoit pas fe dégui- Jg " fer a lui-même qu'ils n'étoient coupables d'aucun crime qui put Pautorifer " a les priver de leurs emplois; puifque lors même que leur conduite lui " avoit déplu davantage, ils n'avoient ufé que de ces droits que les loix fon-

" damentales donnoient a tout habitant des Pays-bas. Mais, quoique

" Philippe ne jugeat pas a propos de les dépouiller de leurs places, il ré-

folut fermement de leur öter le pouvoir de nuire a Pexécution de. fes

" Guillaume," ajoutent les hiftoriens des Provinces-Unies, (i)„joignoit Sc aux avantages de la fortune, les dons de la nature qui font les deftrucfeurs ttrt " èk'les fondateurs des Empires, un génie profond, un jugement folide, " une grande mémoire, un courage inébranlable. II polfédoit l'art de gagner " les hommes d'autant plus fürement,que naturellement froid & filencieux, " fes moindres ouvertures avoient Pair de Peftime & de la confiance. II étoit " doué d'une dextérité finguliere dans la conduite des affaires & rien n'é" chappoit a fa vigilance; fa fagacité lui faifoit deviner les deffeins de fes " ennemis & les évenemens. 11 favoit fe concilier les peuples par une affa" bilité féduifante, une éloquence naturelle, & 1'oftentation adroite d'un " zele qui n'avoit que le bien public pour objet. Eloigné de Pavarice ék " de la cruauté, nous le verrons mourir Pere de la Patrie, viétime de fa " Religion, & fondateur d'une puiffante République. " " Le Comte d'Egmond, illuftre par les vicloires de St. Quentin & de Gra- ü velines, fier d'une naiflance qui remontoit aux anciens Ducs de Gueldres, g venoit d'être indignement trompé par le Cardinal de Granvelle. Le Bailliage d>j de Plesdin étoit vacant; Egmond en qualité de Stadhouder, devoit préfenter trois fujets, fur lefquels le Roi choififfoit celui qu'il vouloit nommer. Granvelle pria le Comte d'en ajouter un quatrieme, contre 1'ufage, Paffurant que ce feroit fans conféquence èk uniquement afin que fon protégé prit date pour la première place vacante: Egmond le crut; mais le Miniftre tout-puiffant auprès de Philippe, fit nommer le furnuméraire au préjudice des vrais compétiteurs. Egmond èk le Prince d'Orange étoient brouillés: Guillaume ayant appris le mécontentement du Stadhouder, oublia tout, alla au devant de lui & ils s'unirent pour la caufe commune.

Les villes repréfenterent a Marguerite, combien 1'établiffement des Eve- D ques feroit funefte au commerce, en ce qu'il gêneroit cette liberté de con- «« fcience dont les commercans étrangers avoient jouï de tout tems: la Gouvernante renvoya les députés a Philippe, qui leur accorda un furfis jufques a fon arrivée. fa) Roeremonde, Deventer, Leuwarden & Groningue refu- J ferent 1'entrée aux Prélats; Malines ék Bois-le-Duc ne la leur accorderent qu que comme a des voyageurs èk ne leur permirent aucunes fonaions: Utrecht, ƒ* Harlem èk Middelbourg les recurent. (3) La requête des Abbés èk des Religieux fut rejcttée. On leur répondit que le but de Péreckion des nouvelles

(O Hift. gén. des Prov. Unies T. V. L. 13. (2) Metteren L. II. C3) Boxliora fur Reigersb. T. I.

Sss a

de lande.

n carac-

Jécontenlent du mte

ïgmoni.

tputation fujet des 'iques.

tccueil 'on leur it.

Sluiten