Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Civile £? Litteraire.

229

nc peut pas y avoir de Roi fans fujets; mais les fu« " jets peuvent fe paffer de Roi. Le devoir d'un Sou" verain efl; d'aimer fon peuple, & de le gouverner

' avec équité: s'il ufe autrement de fon pouvoir, i! " n'eft plus qu'un tyran, k qui on ne doit ni obéisfance ni fidélité. Philippe l au lieu de vous être " montré notre père; vous vous êtes déclaré notre " bourreau. Nous ne voyóns plus en vous 1'image de

' la divinité, qui feule pouvoit nous engager k vous " refpecfer, & a vous refter fidclcs. Vous avez violé '! votre ferment, & rompu tous les liens qui nous " attachoient a vous. Rentrés dans nos droits, nous

' renoncons a votre empire, & vous déclarons indi" digne de régner fur nous: nous révoquons votre * Souveraineté, & nous reprenons un bien dont vous avez abufé " ( 1).

Mais ce langage, qui le tint, & qui avoit droit dele tenir? J'ai déja obfervé que ce droit appartenoic inconteftablcmeiit a la nation entiere; mais elle n'en ufa pas. Ce fut quelques uns de fes membres, fes reprcfentans, ou plutót fes chefs qui fe 1'attribucrent. II feroit bien fingulier que celui de tous qui avoit le plus de titres pour y participer; celui qui étoit le plus diftingué par fa naiffance, par fes fervices, par fes emplois, n'eut pas partagé la Souveraineté avec les différens ordres de I'Etat qui fe 1'approprierent. Certaincment le Prince d'Orange n'en fut pas, 6v n'en put pas être exclu. II ne confeilla pas d'en dépouiller fe tyran, pour le faire paffer exclufivement dans les mains de fes coopérateurs. II eft abfurde de fuppofer qu'il ait confenti a fecouer lc joug de Philippe, pour faire des bourgeois Souverains, & pour n'être lui-mêxne que leur premier fujet. II auroit été en délire.

D'ailleurs, comme jc Pai déja dit, Guillaume fefoit partie des Etats, aufli effentiellemcnt que la noblefle & les Villes. II étoit Ie premier membre de ceux de quatrc Provinces, & le Chef des Etats-Généraux. A ce titre l'autorité fuprême de la République paffa

dans

(O Voye'. les repréfentations que Guillaume Ier fit aux Etats-GJn'raux, pour 'cs porter a renoncer h la domioatioii de ÏEfpngne, & a douacr un ajtxe Souverain a la nation.

Sluiten