is toegevoegd aan uw favorieten.

De la sagesse, trois livres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

L i r R E HL 239

s i Tenragé. Et puis c'eft folie; car c'eft en vain & ï tfans rien avancer. Si l'on veut fuivre cette fou, > veraine & abfolue maitreffe de gré a gré, elle luentrainera & emportera tout par force. Ad hoe Is \ facramtntum adacli fumus ferre mortal ia, nee perAiturbari iis, qua vitare nofira potejlatis non ejl: in 41 regno nati Jumus , Deo parere libertas ejl. Dejïne a \fata Deum fiecli fperare querendo. II n'y a point as i de meilleur remede que de vouloir ce qu'elle veut; 31 i & felon 1'a vis de fageffe faire de néceffité vertu, Si mon ejl aliud effugium necefjitatis, quam veile quod e, lip fa cogat.En voulant efcrimer ou difputer contre ït telle, nous ne faifons qu'aigrir & irriter le mal. 1 j Lxto animo fere quidquid acciderit, quaji tibi voI ilueris accidere : debuiffes enim veile, fi feijjes ex (decreto Deifieri. Outre que nous en aurons meilleur eimarché, nous ferons ce que nous devons, qui jj teft de fuivre notre Général & Souverain qui e 11'a ainfi ordonné. Optimum pati quod emendare non \.\poJJis\ & Deum , quo autore cuncla proveniunt, (j Ifine murmuratione comitari. Malus miles ejl qui ims fperatorem gemens fequitur. Et fans contefter trouver u lbon ce qu'il veut. C'eft grandeur de courage de », Ife donner k \m.Magnus animus quife Deo tradidit. I (C'eft lacheté &défertion que gronder & difputer , :r ppufillus & degener, qui obluclatur de ordine mundi | mialè exijlimat, & emendare mavult Deum, quam fe. i Contre maux privés qui nous viennent du t ffait d'autrui, & nous pénetrent plus, il faut

Diflinclion te> mauxpri» rés.