is toegevoegd aan uw favorieten.

Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques. [...] Tome trente-quatrième. Troisième classe, contenant les romans cabalistiques.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Salamandre. 4^ n'avoit garde de me par!er pour une perfonne que je déteflois: elle n'ignorcit pas mes intenlions , & la nouvelle de mon enlèvement , dont fon maitre étoit 1'auteur , étoit parvenue jufqu'a elle par 1'indifcrétion des domeftiques ; vïce favori de ces fortes de gens , qui , dans la débauche & fouvent k Pappaf d'un intérêt, trahiffent ceux qu'ils paroiffent fervir le plus fidèlement. Nannette ne leur reffembJoit point, & m'étoit fi intimement attachée , qu'elle auroit tout facrifié pour moi.

Malgré ma prévention & les doutes injuneuxque j'avois fur la facon de penferdu marquis , je dois dire , k fon avantage , qu'il s toujours eu pour moi les attentions les plus marquées , & qu'il ne s'eft point écarté du refpect dont mon efclavage fembloit le difpenfer. Tout autre que lui n'auroit peut-être écouté que les mouvemens d'une paffion effrénée; fuite funefte d'un malheureux penchant que la raifon condamne , mais que le libertieage femble autorifer : les exemples font effrayans. Mais les bonnes facons du marquis furent en pure perte ; Pinjuftice de fon procédé fermoit mon cceur a la rcconnoiffance. Cependant, ma chère Julie, rien n'appaifoit ma douleur : mon amour pour le comte, & mon mépris pour le marquis , m'occtipoieni

Ee iv