is toegevoegd aan uw favorieten.

Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques. [...] Tome trente-quatrième. Troisième classe, contenant les romans cabalistiques.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

44° L' A M A N T

également, & partageoient les ennm's de ma folitude. Ma trifle fituation infidott fur ma fanté , fur-tout lorfque je réfléchiffois fur un avemr qui ne faifoit qu'augmenter le défordre de mon efprit , en écartant toute efpérance. La mort, que j'appelois fouvent k mon fecours , étoit le feul remède que je voyois a mes maux , je la défirois ardemment ; mais 1'infenfible étoit fourde a ma voix, & femb'eitme forcer de vivrepour mettre maconftance a de nouvelles épreuves. Remplie de ces funeffes idéés, hier j'avois paffé une partie de la nuit a m'entretenir avec Nannette, lorfque j'entendis a la pointe du jour un bruit de chevaux qui s'approchoient du chateau : je prêtai une oreille attentive, & mon cceur, dans cet inftant , flottoit entre la crainte & fefpérance. Je brii'.ois d'impatience de voir les fu'ites de ces approches qui fembloient myflérieufes , & promettre a 1'heure qu'il étoit un clincuement fingulier : en effet, un inftant après 1'on vint frapper a la porte , & les coups redoublés qu'on y donnoir, éveillèrent tous les domeftiques1; le cceur me palpitoit, 6c j'étois dans une agitation qui ne m'étoit point ordinaire. On ouvrit la porte par les ordres du marquis : j'étois levée , & mon premier mouvemeut fut de courir k la fenêtre