Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

'A V A N T - P R O P O S. 2 5

C'est sur ce plan nouveau que j'ai fait mes recherches sur 1'origine et sur 1'esprit des usages ne les destine a servir d'mtroduction a l'histoire de 1'homme en société. J'ai taché d'y montrer les vraies sources d'ou sont découlées ses erteuvs tant en religion qu en politique; j'ai fait voir que le déluge en les grandes révolutions physiques de notre globe, sont les véritables époques de l'histoire des nations. Dans 1'ouvrage que je présente; je foutnirai les preuves de cette véri'té; elle ne paro'uta un paradoxe, ou un systême hazardé, qua ceux qui n'ont jamais su considérer le globe quils habitent, ou a ceux qui ne lisent l'histoire qu'avec les yeux du préjugé. il n'y a que les observateurs exacts de la nature qui sachent que notie globe n'est pour ainsi dire qu'un amas de ruines, et porte dans toutes ses parties les empreintes d'un bouleversement général: c'est a eux que j'en appelle pour ce que j'ai dit de 1'étendue et de 1'universalité des révolutions de la terre •, c'est a ceux qui étudknt 1'antiquité que je soumets les faits que j'ai recucillis dans le présent ouvrage; il servira a remplir 1'esprit du lecteur des connoissancts nécessaires pour se faire une juste idéé des premiers ages de notre monde renouvellé ; je me harte qu'alors il vetra que le sistéme que j'ai suivi n'est' fondé que sur des fairs.

En général on a de i'antiquité et de ses usages des idéés si décousues et si vagues, qu'il faut nécessairement cqmmencer par les fixer au moins quant aux objets essentiels. On est dans 1'ignorance parfaite des improssions que le déluge a faites sur ceux d'entre les hommes qui ont échappé a ce fléau recloutable; il faut donc faire connoitre avant tout combien eet événement a dü affecter les premières sociétés, et en combien de manièixs ii a inHué sur leur fagon de penser et d'a-

Sluiten