Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

par ses usages. Liv. II. Ch. II. comme on a vu, que les imitateurs. De plus, on cessera de s'étonner de la bizarrerie de la fable des Juifs qui font une secte religieuse de' ces Géans que 1'écriture appelie Rephaim, puisque la racine de ce mot est la même que celle des précédens* Ceci indique que 1'origine de ces sectes remonte a une prodigieuse antiquité; sur-tout si nous remarquons que toutes les sectes des Indes, de la Chine, du Japon, prétendent de même exceller dans la chymie et la médecine. La raison de cette conformité est si simple : des gens qui abandonnent le monde pour se livrer a la méditation, n'ont eu dans le commencement d'autre étuis que celle de Dieu et de la nature; dela ils ont cru en tout tems s'être mis en possession des clefs du ciel et de celles de la nature; en se vantant d'être les médecins des ames, ils se sont aussi peu-a-peu rendus les médecins du corps : doublé moyen qui leur a souvent servi a tromper les hommes, er quelquefois a. leur être utiles. Au reste, sans vouloir faire aucuns comparaison injurieuse, je rappellerai ici que beaucoup de nos ordres monastiques qui se sont rendus utües par leurs bibliothèques et leurs lumières, ne i'ont pas été moins par leurs connoissances médicinales c: leurs pharmacies.

L'origine des Réchakites n'est pas moins inconnue que celle des Esséniens; il paroit par ia bibie que c'étoit une secte religieuse qui, par une loi de'ses pères, ne batissoit point de maisons, ne semoit, ni ne mgissonnoit point, ne plantcit point de vigne, etnebuvcïc jamais de vin; ils habitoient constamment sce.-, des tentes pendant toute leur vie sur la terre, qu'ils nz regardoient que comme un passage. Si fes Juifs atrribuent a Enoch et a Elie la fondation de cette secte, s'est d'abord une preuve de sa haute 'antiquité; en

Sluiten