is toegevoegd aan uw favorieten.

Oeuvres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

^3 L'Antiquité dévoilée

tés de la plupart des peuples, a quelqu'un qui sak par exemple que les premiers ages des annales de 1'Egypte et de la Chaldée qui présentent une suite prodigieuse d'années, ne sont que des périodes astroncmiques ou astrologiques; que la durée des premières families impériales ou divines est exprimée chez les peuples de ces pays par les termes chroniques de la révolution des fixes ou des planètes. C'est en effet a quoi se réduisent les 475 mille ans que les Chaldéens se donnent suivant Diodore, et les 436 mille ans que Bérose donne a leurs dix premiers rois (1). De-la aussi ces longues vies des hommes ou des dieux sur la rerre, er 1'on voit bien que celui qui avoit régné en Egypte 1460 ans, n'étoit autre chose que le période du cycle caniculaire personnifié, rransformé en un ancien monarque, et que ceux qui avoient régné 3000 et 9000 ans n'ont possédé la couronne qu'au même titre.

On a remarqué chez les Chinois des erreurs semblables et sorties du même principe. Les règnes de la plupart des rois qu'on dit avoir précédé Fohi, ont été reconnus pour n'avoir été mésurés que par des périodes astronomiques ou cabalistiques qu'on a fait passer pour des espaces historiques réels (2). II en est de même des Japonois et des Indiens. II semble, dit Fréret a ce sujet, que dans tous les pays et dans tous les siècles les esprits aient été sujets a la même maladie (3). Ces énormes durées n'en sont pas moins remplies de faits; ils sont fabuleux, il est vrai, mais on y trouve des traces de 1'état des premiers ages du monde,

(1) Diodor. lib. II. ■ (2) Mémoires de 1'académie royale des sciences , rome VIII , «jaee 2?4.

(5) Mémoires de 1'académie des inscriptions, tome XVIII , page