Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

j Recherches sur l'origine

SECTION XVII.

Vestiges cVusages théocratiques daus les cours de l'Europe.

T out éloigné que soit notre heureux climat de ces usages monstrueux qui déshonorent et asservissent encore tous les autres peuples de la terre, il en consérve

' pourtant quelques légères empreinres. D'oü vient, par exemple , eet antique privilege qu'ont encore quelques

' princes de l'Europe de pouvoir , dit-on , guérir certaines maladies , par leur seuj attouchement , et sur quoi peut être fondée la superstition de ceux qui ont recours a ces médecins couronnés 1 Cela vient de cette coutume idolatre que nous venons de trouver chez tant

' de peuples , d'avoir recours a leurs rois dans toutes les calamités naturelles, comme aux souverains de la nature , et aux dispensateurs des biens et des maux qui partent de la seule main de la providence. Le roi de Perse a de même ce don mystérieux, et quelques empereurs romains , gatés par 1'exemple des despotes de 1'Orient, affectèrenr aussi la même vertu : ce n'est dona qu'un privilege asiatique , que 1'ancienne barbarie apu -amener dans norre continent , et que les lumières du siècle doivent anéantir comme un opprobre. Nos rois n'ont plus besoin de ce foible artifice pour être almés, adorés et respectés : comme ils ne peuvent faire que le bien possible , c'est leur manquer que d'en exiger ce qui surpasse leur pouvoir; et comme ils sont ordmairement remplis d'humanité , des prières aussi indiscrettes ne peuvent sans doute qu'affliger leur bon cceur. 11 est plusieurs autres usages d'étiquettss , qui pro^

Sluiten