Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Langue Hébraique. 2^ hpké&ml, le qopk , et le resch de i'alphaber hébreu vus et dessmés en sens contraire : ce qui présente un nouveau monument de 1'antiquité des lettres hébraïquès Comme nous ne pouvons fixer les tems oü les navil gateurs de la Phénicie ont anpotté leurs caractères'et leur écnture aux différens peuples de la Méditerranée il nous est encore plus impossible de désigner la source' doü les Phérticiens et les IsraéÜtes les avoient euxmêmes tirés ; ce n'a pu être sans doute que des Egyptiens ou des Chaidéens, deux des plus anciens peuples connus, dont les colonies se sont répandues de bonn» heure dans la Palestine. Mais en vain désirerions-nous savoir quelque chose de plus précis sur 1'origine de ces caractères et sur 1'invenreur; le tems oü les Egyptiens et les Chaidéens ont abandonné leurs symboles pnmitifs et leurs hiéroglyphes , pour transmertre 1'historie par 1 écnture, n'a point de date dans aucune des annales du monde : nous n'oserions même assurer que ces caractères hébreux et samaritains aient été les premiers caractères des sons. La lettre quarrée des Hébreux est trop simple pour avoir été la première inventée • et celle des Samaritains n'est peut-être point assez coinposee ; d ailleurs ni 1'une ni 1'autre ne semblent être prises dans la nature ; et 1'argument le plus fort contre elles, eest qu'il est plus que vraisemblable que les premières lettres alphabétiques ont eu la figure d'animaux , ou de parties d'animaux , de plantes'et d'autres «orps naturels dont on avoit déja fait un si grand usage dans lage des symboles ou des hiéroglyphes Ce que Ion peut penser de plus raisonnable sur nos deux alphabets , eest qu'étant dépourvus de voyelles ils paroissent avoir été un des premiers dégrés par oü il a tallu que passat 1'esprit humain pour amener 1'écriture a sa perfection. Quant au primitif inyenteur lais

Sluiten