Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

d'Alexandre le Grand, Liv. XV. 243 zarie , oü il courut un trés - grand danger dans une chasse au lion; eet animal qui étoit d'une grandeur monstrueuse vint droit a 'lui et sembloit devoir le dévorer, il le tua d'un seul coup ; on le félicita également sur son 'bonheur et sur son adresse; néanmoins les Macédoniens alarmés du péril qu'il y avoit couru, ordonnèrent que conformément aux coutumes de leur pays, le roi n'iroit plus a la chasse a pied, sans être accompagné de quelques grands de sa cour qui nedevoient jamais le quitter; ils le prièrent de se menager pour eux , et lui remontrèrent que le plaisir et la gloire de uier une bete fé-roce ne devoit pas être acheté si cher.

De-la il retourna encore a Maracande, oü Artabaze 1'ayant prié de le décharger de son gouvernement de la Sogdiane , a cause de son grand age , il en pourvut Clitus; c'étoit un vieil officier de Philippe , qui s'étoit sigriale en beaucoup de rencontres. Ce fut lui qui, a la bataille dn Granique, comme Alexandre combattoit latêtè nue, son casque étant brisé, et que Rosacés avoit déja le bras levé pour le frapper par derrière, couvrit le roi de son bouclier , et a'bbatit la main du barbare. Sa sceur Kellanice avoit été la nourrice d'Alexandre 3 qui 1'aimoit avec une 'aussi grande tendresse que si elle eüt été sa mère; i'1 'lui devoit les premiers soins de sa naissance , et a son frère la conservation de sa vie. Comme pour toutes cès raisons il considéroit fort Clitus ,'il lui conria une province des plus importantes de son empire. Comme les affaires demandoient qu'il partit dès le 'lendemain, Iè röi le convia le scir a un grand festin qu'il donnoit a cause de la fète de Castor et Pollux.

La circonstance fit tomber la conversaticn sur ces deux héros, ét des courtisans 'adulateufs avanccrent que quelques grsihaès quefussem les act'iörts 'q'ui leui avoient

Q i

Sluiten