is toegevoegd aan uw favorieten.

Les aventures de M. Robert Chevalier, dit De Beauchêne, capitaine de Flibustiers dans la Nouvelle-France.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Beauchêne. Liv. II. ïö£ Le gouverneur de Saint-Domingue qui nous avoit attendu avec impatience , nous honora d'une réception gracieufe, & moi particulièrement. H me donna vingt braves efpagnols a commander, avec foixante francois qu'il avoit affemblés. Pour répondre a 1'eftime qu'il me témoignoit , j'ufai de tant de diligence, que nous appareillames & mïmes a la voile en moins de quinze jours. Je reviens a notre rochelois. Je fus fort étonné de voir avec lui fur notre bord fa parifienne qu'il faifoit paffer pour fon jeune frère, a qui, difoit-il, il vouloit apprendre le métier de bonne heure. Le pauvre flibuftier y fut pris comme le créole ; il devint éperduement amoureux de cette falie , a qui toute la journée il montroit a faire des armes, quoique nous lui confeillaffions en particulier de la laiffer a la demi-part en -qualité de boüais ou de garcon chirurgien. Ce confeil n'étoit pas de fon goüt : car il en étoit fi jaloux , qu'il falloit qu'elle füt toujours a fes cötés. II fouffroit cruellement lorfqu'il la voyoit parler a quelqu'un , & fur-tout a ceux qui, comme moi, étoient de fa confidence malgré lui. Sa jaloufie lui faifoit paffer bien de mauvais momens. Un jour pendant qu'il jouoit, s'étant appercu que fon jeune frère n'étoit pas devant fes yeux, il parut extraordinaixement tïoublé, Depuis ce