is toegevoegd aan uw favorieten.

Discours sur les miracles de Jésus-Christ.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Les MIRACLES. 233

vient h toutes fortes de maladies, & qvu n'en défigne point ane efpèce plutót qu'une autre. Or quoiqu'il ne nous foit pas abfolument mmoffible de décider que la maladie de eet homme füt la folie, puisqu'il étoit refté trente huit ans a attendre une guérifon qu'il ne lui.étoit pas poffible d'obtemr, néanmoins les paroles qu'il a dites a notre Sauveur: je n ai perfonne pour me eiejeendre dans la pifcine,, nous font alfés connoïtre qu'il falloit qu'il füt fou , ou plutot qu il n'y a rien de vrai dans toutes les circonftances de cette hiftoire. En effet que faifoit ce pauvre homme auprès de Ja pifcine, s'il n'étoit pas affés agile pour y defcendre dans le moment néceflaire & s d n'avoit pas des amis pour fuppléer au defaut de fes jambes & lui procurer fa guérifon? il faut le fuppofer bien inlenle fi 1 on croit qu'il a eu autant de patience. N'eüt - il pas été alors tout auffi extravagant d'aller dans les champs attendre que le piel tombat pour attraper des allouettes, fi j'ofe me fervir de ce proverDe tnvial.

Les Pères difent que la maladie de eet iiomme étoit une paralyfie: fur quel fondement hazardent - ils cette décifion? eftce pour 1'intelligence de la lettre ou pour O 5