Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Lês MIRACLES. t§

nent fort dans ces contes, ils n'auroient pas manqué de m'applaudir, & même de me feconder, pourvü que je ne touchafle pas au vin de Jéfus - Chrift.

Mais lailfons-la ces miracles dApollonius qui d'ailleurs ne font rapportés que par un feul Hiftorien. Je reviens au miracle de 1'eau changée en vin pour des gens qui avoient déja bien bü. Forcerai-je ici mon caraétère & renoncerai - je a ma croyance,. pour tourner cette hiftoire en ridicule? M'écarterai-je du refpeél profond que j'ai pour notre divin Jéfus, refpeét dont je fuis bien plus redevable a la leéture des Pères qu'aux préjugés de mon éducation? Irai-je traiter fon miracle avec tout le mépris qui lui convient, avant d'expliquer les myftères qui y font contenus ? Non, je ne puis m'y réfoudre. Mais comme il m'eft tombé entre les mains une fatire contre cette noce compofée, fans doute, par quelque Rabbin fuppofé», je vais la publier ici, afin que M M. du Clergé tachent ainfi que moi d'y trouver une réponfe propre a prévenir le mal qu'elle pourroit faire, fi elle fe répandoit parmi les Juifs & les Incrédules; voici cette fatyre.

,, Vous autres Chrétiens vous adorez „ Jéfus que vous croyez être 1'auteur de

Sluiten