Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

■148 f it privèc

fois fi répandus, qu'il avoit fait empoifonner M. & madame la ducheffe de Bourgogne & leurs fils, étoient éteints; le foupcon reftoit feulement encore dans 1'efprit de quelques anciens ferviteurs de Louis XIV. Dans le fait, on a un but, quand on commet un crime; quel auroit pu être le but du duc d'Orléans, en fe fouillant de celui dont on 1'accufoit ? de régner. Mais le duc d'Anjou, depuis Louis XV, qui furvécut feul, n'étoit-il point un obftacle a fes projets? Pourquoi ne pas s'en défaire ? Je veux bien admettre que pendant la vie de fon oncle, il n'ait pu 1'empoifonner. II avoit pourtant, felon le bruit public, irouvé le moyen de fe débarraffer de trois princes : il pouvoit donc bien faire mourir un enfant foible &c débile qui lui arrachoit la couronne. Et quand il fut régent, n'a-t-il pas été le maitre de terminer tous fes crimes ? Rappeller que Louis XV a régné, c'eft détruire cette abominable accufation.

On peut lui reprocher fon goüt exceffif pour les plaifirs les plus fcandaleux, fon éloignement pour le travail, fa facilité a fuivre de pernicieux •confeils : défauts effentiels qui , en caufant le bouleverfement des finances, des crifes dans 1'églife & la magiftrature, ont rendu plufieurs années de fa régence orageufes. Cependant, au milieu même de fes débauches, ce prince étoit trèsréfervé avec les compagnons de fes orgies. Dans ces momens oü la confiance s'épanche & quelquefois s'échappe, ni fes amis ni fes maitreffes n'ont pu tirer de lui rien d'important fur les affaires de 1'état.

Sans doute on ne pourra jamais lui pardonner

Sluiten