is toegevoegd aan uw favorieten.

Vie privée du maréchal De Richelieu, contenant ses amours et intrigues

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Maréchal de Richelieu. 2.15

de dominer. C'étoit dès fon enfance fon goüt favori, &L il fe rendit a Montpellier avec le projet de s'y ériger en petit fouverain. Sa fortune étoit dérangée, & d'accord avec fa femme qui étoit grolTe , il réfolut de mettre plus d'économie dans fa dépenfe. Ils décidèrent de n'avoir qu'une maifon, & de Pétablir pendant trois ans a Montpellier , oü il en coüte moins pour vivre. II fut auffi arrêté qu'ils loueroient leur hotel de Paris, & le bail en fut paffé au comte de Caftro-Piagno, ambaffadeur de Naples, qui, par parenthèfe , trouvant les appartemens erapeftés par le mufc, n'imagina pas d'autre moyen que d'y faire parquer des moutons pour en öter 1'odeur. Nous avons oublié de dire que le duc 1'aimoit paffionnément : il faifoit doubler fes culottes de peau d'Efpagne; & dans la nouveauté, 1'odeur en étoit fi forte, qu'un jour fe trouvant a la comédie, les gens qui occupoient les deux loges voifines de la fienne furent obligés de fortir, tant ils en étoient incommodés !

Quelque tems après, il lui arriva une autre aventure. II avoit été a Verfailles. faire une vifite k la ducheffe de Tallard, & après y être refté une heure , il fut chez le roi. Le cardinal de Rohan vint dans la même foirée voir auffi cette ducheffe , & le hafard fit qu'on lui préfenta le même fauteuil qu'avoit occupé Richelieu ; en* fuite il alla faire fa cour a la reine, qui, comme dévote, n'aimoit pas les odeurs. Le fauteuil en étoit tellement empreint que les habits du cardinal s'en reffentoient. La reine s'écria : Ah, M. le cardinal, eft-il poffible d'être mufqué a ce point > je ne reconnois point-lcl un prélat; quand vous

O iv