is toegevoegd aan je favorieten.

La vie de Frédéric, baron de Trenck.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

S E TRENCK. 233

2a fin, les trames odieufes de tous ces fcélérats retombèrent fur eux-mêmes. (*)

Je commencai (f) a me laffer de 1'agitation perpétuelle dans laquelle je vivois; je quittai une ville oü mes bons offices étoient payés d'ingratitude; & je partis pour Vienne, dans 1'intention d'acheter en Autriche une maifon de campa.

C*) II efl: vrni que, malgré ces agitations & perfécutions continuelles, je ne me fuis jamais repemi de tout ce que j'ai fait relativemcnt a cet objet. Si je voyois arriver h Spa un jeune homme honnête, qui y vint pour rétablir fa fanté, je 1'aveitiflois du danger, je lui pd> gnois les tripots & les joueurs fous leurs vraies couleurs, & lui faifois connoitre , afin qu'il fe gardat d'eux , tous les chevaliers d'induflrie. Je rendois par - la un fi mauvais fervice il la fociété des joueurs. , . . .

Comme j'ai paffé , pendant feize ans de fuite, la plus grande psrtie des étés a Spa avec ma familie, ma maifon devint, comme je 1'ai dit, le rendez-vous de tous les étrangers de diftinélion, & qui fe piquoient d'être honnêtes gens; j'eus en partage la véritablenaent bonn? compagnie, ce qui déchaina encore davantage 1'envie contre inoi; mais en revanche mon féjour a Spa en devenoit bien plus agréable , & je parvins furtout H me faire connoitre pour ce que je fuis.

(f) Nous fupprimons ici les détails d'un procés qui ne nous regarde pas, entre Ie bourguemeftre d'Aix - laChapelie & quelques particuliers , & dans lequel M, le baron de Trenck ent a fe rep en tir d'avoir voulu joue/ le röle de conciliateur.

P 5