Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

238 vie du baron

donnois fous le titre de traduftion, la cenfure me traita moins rigoureufement.

Au bout de fix femaines, le premier volume fut déja imprimé, & 1'impératrice le trou va excellent; je lui remis moi-même la feconde partie , qui ne tarda pas k paroltre; elle me demanda li je croyois que ce fecond volume valüt ie pre. mier? je lui répondis que j'efpérois qu'il lui plairoit encore davantage. „ Je n'ai jamais rien „ lu d'aufli achevé, reprit-elle; & je m'étonne „ qu'il foit poffible d'écrire a la fois & fi vlte „ & fi bien." Je lui promis tous les mois un volume.

Avant que le troifième fut fini, Marie-Thérèfe mourut, & avec elle toutes mes efpérances.

Etant a fon lit de mort, elle demandoit encore a ehaque inftant qu'on lui lot les ouvrages de Trenck; c'eüt été - li le moment le plus favorable de lui parler en ma faveur: fon confelfeur me 1'avoit promis; il étoit parfaitement inftruit de toutts les pertes que j'avois fi injuftement efluyées, & un mot venant de lui auroit été dé. cifif pour moi; il m'oublia , quoiqu'il m'eut donné fa parole de la manière- Ia plus facrée de fe fouvenir de moi dans 1'occafion.

Après la mort de cette augufte princefie, Ia cenfure me permit & fon altefle royale 1'archiducheffe elle - même m'ordonna , de dire la vérité dans Ia préfaee de mon troifième volume ,

Sluiten