is toegevoegd aan uw favorieten.

La paysane pervertie, ou Les dangers de la ville.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Partie IV.

207

LETTRE LXXXIV.

même jour.

Réponfe.

( Elle lui réponiZ d'après les vues de Gaudét, qu'elie favait.)

J ir ais t'embraffer, chère Amie, aulieu de te répondre par-écrit, fi je n'étais pas retenue chés moi pour la maladie de ma Mère : mais je ne veux pas que ma réponfe en-foit difFéréc. Le parti de te marier , avec le confentement donné pour Un-autre eft mauvais, abfolument mauvais : Sc pour te marquer qu'il n'y a auqu'une animosité dans ma facon-de-voir , je vais te donner un autre confeil, qui ne te fiattera pas moins. Dilparais avec Lagouache , Sc force ton Frère a faire ton mariage , par cette démarche hardie ! fur-tout, aie foin qu'il ne puifte pas douter que tu es avec lui, & que tu as tout accordé. Voila mon avis. Je t'aime de tout mon cceur.

Laure,