is toegevoegd aan uw favorieten.

Recueil de mémoires sur l'analogie de l'électricité et du magnétisme.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Syfteme de M. aepinus. atg

objct de la manièrè fuivante. L'aétion du Corps V, qui refulte de 1'Éleétricité ou du Magnétisme eft (§. IX.) A —R: ceile du Corps W eft pareillement a—r: ceile des deux Corps, entant que tels, eft x: donc 1'effet total de 1'aétion des deux Corps 1'un fur 1'autre fera A + a — R — r + x : Sc non A + a — R — # = o : 8c il én réfultera toujours x = o) 8c non x =—a.

'§. 6. La conféquence qui refulte des calculs de M.aepinus (§. XXXI.) ,favoir que les Corps, entant que tels, feroient doués d'une force répulfive reciproque, 8c plus encore la confidération qu'un Principe de Phyfique ausfi univerfel pourroit être déduit, 8c peut-être uniquement déduit, d'une Théorie fyftematique, vraieou fauffe, fur 1'Élearicité 8c fur le Magnetisme , auroient feules pü fuffire, ce me femble, pour jetter du doute fur le Principe même, 8c pour faire un examen plus attentif de fa valeur. Ausfi la demonftration que M. aepinus donne de la formule A — R -+a-\-x — o ne fuit pas, même en faifant abftraétion des confidérations précédentes, des prémiffes qu'il avoit établies. Car, qucllcs étoient-elles ces prémiffes? Les mêmes que celles de la formule A —R (§■ IX.) favoir,

que