is toegevoegd aan je favorieten.

Faustin ou le siecle philosophique.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

) '79 (

bienfaifant : c'eft a la fois Gajfner & fon oppofé.

Mais a propos de Gajfner, dit enfin Brükner, remarquez - vous comment tous les gens raifortnables & inftruits ont été perfuadés que ce thaumaturge hypocrite opéroit tous fes preftiges au moyen de 1'élecfricité & du magnétifme ; & comment enfuite tous les gens inftruits ont nié qu'il y eut un magnétifme capable de produire aucun effet analogue a ceux des fanatiques convulfionaires, a 1'utilité prés! Hélas ! reprit Faujlin , j'ai vu d'un figne, d'un regard, un prêtre Souabe déchainer un diable femelle contre moi, & 1'on ne voudroit pas qu'un philofophe Souabe polfédat dans fes bienfaifantes mains une pareille puiifance fur le nerf de la nature pour le falut des humains ! — II eft vrai, ajouta Brükner, que 1'on eft infiniment plus difficile a accorder quelque pouvoir de ce genre aux médecins & aux philofophes qu'aux foi - difant miniftres du ciel. "Dans le fiècle dernier , plufieurs favans ont hafardé quelque chofe de femblable; ils ontéchoué, foit faute d'encouragement , foit faute de folidité dans leurs notions. — Mon ami, reprit Faujlin, jadis quelques hommes furent s'élever dans les airs , il n'en faut pas douter : dans la fuite & encore de nos jours on a fait mille tentatives infructueufes & ridiculifées pour retrouver eet

Mz '