Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DE LA RÉVOLUTION FRANCOISE. 241

gner une pétition pour declarer que le Roi feroit déchu et raifemblée Nationale obligée de retirer fon décret, en at-' tendant que les 8>- départements euffent émis leur voeu. Pendant que ces orateurs cherchoient a exciter le peuple, on découvrit deux particuliers , que la terreur avoit engagés a fe cacher fous Pautel de la patrie. L'un étoit un invalide ayant une jambe de bois, 1'autre un perruquier. Ces malheureux devinrent la victime de la fureur populaire. On les accufa d'avoir voulu faire fauter Pautel, d'autres prétendirent qu'ils étoient des efpions ftipendiés par les ennemis des bons citoyens. On les traine au tribunal de la fection des invalides. Leurs réponfes n'ayant pas paru fatisfaifantes a un peuple auffi ignorant que féroce, on les arracha des mains des juges, on les conduifit fous la lanterne, la corde trop foible calfa, ils furent maffacrés a coups de fabre et leurs têtes portées en triomphe au champ de mars, aux cris réitérés de Point de Roi, T.IV. Sett.I. CL point

Sluiten