is toegevoegd aan uw favorieten.

Les liaisons dangereuses, ou Lettres recueillies dans une société, & publiées pour l'instruction de quelques autres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

70 Les Liaifons dangereufes. dans le repos & 1'abandon qui fuive-nt Ia volupté , quand nous avons entendu la porte de la chambre s'ouvrir tout-a-coup. Aufli-töt je faute a mon épée, tant pour ma défenfe que pour celle de notre commune pupille; je m'avance & ne vois perfonne : mais en effet la porte étoit ouverte. Comme nous avions de la lumiere, j'ai été a la recherche , & n'ai trouvé ame qui vive. Alors je me fuis rappellé que nous avions oublié nos précautions ordinaires, & fans doute Ia porte poulTée feulement, ou mal fermée, s'étoit rouverte d'ellemême.

En allant rejoindre ma timide compagne pour Ia tranquillifer, je ne 1'ai plus trouvée dans fon lit; elle étoit tombée, ou s'étoit fauvée dans fa ruelle : enfin, elle y étoit étendue fans connoifiance, & fans autre mouvement que d'aflèz fortes convulfions. Jugez de mon embarras! Je parvins pourtant a la remettre dans fon lit, & même a la faire revenir; mais elle s'étoit blefTée dans fa chüte, & elle ne tarda pas a en reffentir les effets.

Des maux de reins, de violentes coliques, des fymptömes moins équivoques encore , m'ont eu bientöt éclairé fur fon état: mais, pour le lui apprendre, il a fallu lui dire d'abord celui oü elle étoit auparavant; car elle ne s'en doutoit pas. Jamais peut-