is toegevoegd aan uw favorieten.

L'ami des enfans Hollandois, ou Les soirées patriotiques

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

pas mérité que 1'Hiftoire leur rëhdït un pareil té- ■ moignage ! Sophie a demandé quels fervices Guillaume avois rcndus a la Patrie , dans la fituatiort facheufe oü elle fe trouvoit, fatisfaites en peu de mots fa curiofité, avant de terminer notre converfation.

Theodore.

„ Fagel, nommé par les F.tats pour remplacer „ de Witt, ne fut pas plutót entré en fonaion , " qu'il fit entendre au Prince, qu'il n'auroit pas une autorité entiere , fi les Régences n'étoient ,', changées. H prit leprétexte des émeutes , pour "„ confeiller de donner au Stadhouder la permis" lion de faire ces changements; les Confeillers '„ Députés appuyerent cette propofition, & les „ Villes y donnerent leur confentement. On au„ torifa donc le Prince a changer les Régences „ des Villes, mème par force, s'il étoit nécefTai„ re, mais pour cette fois feulement, & fans '„ préjudice pour les Privileges & Franchifes des „ Villes. Guillaume comraenca par Rotterdam, „ & remplaca les Régens dépofés par ceux qui „ avoient excité les deruieres émeutes en fa fa" veur. H donna la place de Penfionnaire , occupée auparavant par de Groot, a 'jüevtf, que „ les Etats avoient condamné comme traitre a „ une peine capitale , & qui s'étoit réfugié en „ Angleterre. Les meines chapgemens fe frent

„ dans