is toegevoegd aan uw favorieten.

L'intrigue du cabinet, sous Henri IV et Louis XIII, terminée par la Fronde.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

D V C A B I N E T. 113

plaifance de lui céder a propos. La' confïance dans fes talents lui perfuadoit non-feulement qu'il faifoit tout bien , mais qti'aucune cbofe n'étoit bien faite que par lui. En conféquence, il fe permettoit les plus étrangeres a fon état, comme de commander les armées en perfonne (a); d'inftruire les procés criminels, de faire amener les prifonniers en fa préfence, & de les interroger lui-même. A la vérité, peu de perionnes eurent autant que lui 1'efprit de détail, joint aux grandes vues & 3 la connoiffance

(a) Plufieurs Evêques en firent autantfous fon Miniftere ; ce qui occafionna les vers fuivants :

Un Archevêque eft Amiral. . . de Bordeaux* Un gros Eveque eft Caporal. . de Chartrei. Un Prélat prétide aux frontieres. . Ev.deNantts. Un autre a des troupes guerrieres. Ey. de Mende. Un Capucin penfe aux combats. . ie P. Jofeph* Un Cardinal a des foldats. . . La Valette. Un autre eft Généraliffime. . . Richelieu. Mais, France! je crois qu'ici-bas Ton Eglife fi magnaninje Milite & ne triomphe pas.

Voy. Efpion Turc, tont. VI, leurt 8 , pagi 39 $-/"'v-

Louis XIII.

1642.