is toegevoegd aan je favorieten.

Histoire de Cicéron, tirée de ses écrits et des monumens de son siecle.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

134 HrSfOIRE BE LA VlÉ

On conclura de ce détail, que des fept oraifons contre Verrès qui font venu es jufqu'a nous , il n'y a que les deux premières qui ayent éte prononcées, 1'une qui porte le nom de divination, l'autre celui de première a&ion, & qui ne font toutes deux que 1'exorde général de toute la caufe. Les cinq autres furent publiées dans la fuite , & n'avoient été préparées que pour le cas oü Verrès eüt fait une défenfe régulière. Cicéron n'ayant point encore exercé fon éloquence en qualité d'accufateur, voulut laiffer a la poftérité un monument de fon habileté (a) dans ce genre, & le madèle d'une jufte & vive accufation, con^ tre un magiftrat redourable & corrompu.

Dans fon premier différend avec Ca?cilius, il fait monter le dommage des ficiliens (£) a la valeur d'un million de piftoles; mais c étoit une eftimation vague, & qui n'étoit point encore fon-

t'antummodo citaret redes, & eos Hortenfio interrogandos daret: qua arte ita eft fatigatus Hortenfius , ut nihil contra quod diceret, inveniret : ipfe etiam Verres , defperato patrocinio , fua fponte difcederet in exilium. Afcon. Argum. in Acl. I.

Ca) Tn cseteris orationibus defenfor futurus, accufatïonis officium his libris qui Verrinarum nomine nuncupantur , compenfare decrevit , & in una caufa vim hujus artis & eloquentie demonftrare. Ibid.

{b) Quo nomine , abs te , C. Verres, feftercium millies ex lege repeto. Divinat. in Ccecil. 5.