Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Cxcéeon, Lir. IF. XJ bant mal d propos au milieu de plufieurs autres efclaves, il eut befoin de leur faire quelques demandes qui le trahirent au fon de fa voix. Ces femmes pouflerent auni-töt des cris qui alarmèrent toute 1'aflemblée , & les matrones effrayées d une fi horrible impiété , jetèrent un voile fur les facrés myftères. Clodius eut néanmoins le bonheur d'échapper a leur vengeance, & fe fauva a la faveur du défordre.

Une aventure fi fcandaleufe répandit 1'étonnement & 1'horreur dans toute la ville. Le peuple éïoit confterné de la profanation des plus faints myftères de la république. Ceux , dont les vues étoient plus relevées, déploroient la eorruption de la difcipline & des bonnes mceurs. Céfar répudia fa femme •, & les honnêtes gens de tous les ordres demandèrent que le coupable füt puni fans ménagement, moins peut-être pour venger la bonne déeffe que pour fe délivrer d'un ciroyen, qui par cette entreprife & par quantité d'autres adions de la même {a) nature, fembloit annoncer tous les maux qu'il étoit capable de caufer a 1'état. Cetoit une opinion conllamment établie

( a ) Videbam illud fcelus tam importunum , audaciam tam immanem adolefcentis , furentis, nobilis, vulneratï, non pofie arceri otii finibus: empturum aliquando illud malum, fi impunitum iuhTet, ad perniciem civitatis. Dt Harufp. Refp. j.

An. de R.

ifl. Cicer. 45. Coss.

D. JUNIUS FlLANUS. L.LlCINIUS MURENA.

Sluiten