is toegevoegd aan uw favorieten.

Histoire de Cicéron, tirée de ses écrits et des monumens de son siecle.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

An. de R.

701. Cicer. 55. Coss. Cn.Pompée ie Grand

ar.

Q. Oeciuus Me.

TEiLUSSCIPiON.

<a) Plancum , qui omnibus fententiis inaximo veftro plaufu condemnatus. Philip. 6, 4. (b) Ep. fam. 7, 2.

44i HïSTOIRE DE LAViE méritoit, par fon ingratirnde, la vengeance d'un homme qui, ayant pris autrefois fa défenfe, n'en avoit pas tiré d'autre fruit que de la haine & des injures. II comptoit fur la faveur de Pompée, qui prit effectivement alfez d'intérêt a fa caufe pour la plaider lui-même devant des juges qu'il avoit nommés. Cependant 1'éloquence vigoureufe & 1'adrelfe de (a) Cicéron le firent condamner par 1'unanimité des voix. Cette victoire dut caufer beaucoup de joie a 1'orateur, puifqu'il lacommuniqua fur-le-champ a Marius, un de fes plus intimes amis : cc Je n'ai pas douté (b), lui écrivoitx il, que vous ne fuffiez charmé du fort de Burfa; » mais je ne trouve point alfez dé chaleur dans 33 vos félicitations. Vous vdus imaginez peut-être 33 que ma joie doit être médiocre, paree que je 33 n'ai vaincu qu'un ennemi fort vil: mais, croyez» moi, j'ai recu plus de fatisfacbion de cette fen33 tence que de la mort de mon ennemi. Premiè33 rement, je trouve plus de plailir a vaincre par 33 un arrêt de la juftice que par 1'épée; & rien ne 33 pouvoit m'être plus agréable que de voir 1'in33 clination de tant d'honnêtes gens a fe déclarer 3» pour moi, contre un adverfaireauli! redoutable