Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ï>ê Cicéron, Liv. XL 235/

virs avoit été d'en faire un fecret jufcju'au moment de i'exécution , pour furprendre ceux qu'ils avoient dévoués a la mort, & leur öter le pouvoir d'échapper a la vengeance. Mais quelques amis de Cicéron ayant trouvé le moyen de 1'en informer, il partit fur le champ avec fon frère & fon neveu, pour fa terre d'Afture, qui étoit voifine de la mer. II fe flattoit d'y trouver quelque vaifTeau, qui le dérobat tout d'un coup a la fureur de fes ennemis. Quintus, qui fe trouvoit fans préparations pour un voyage fi peu prévu , prit la réfolution de retourner a Rome avec fon fils , dans 1'efpérance de s'y tenir caché , 8c d'y recueillir affez dargent pour fournir a fes néceffités dans les pays étrangers. Mais Cicéron trouva dans cet intervalle un vaiffeau prêt a partir d'Afture, dans lequel il s'embarqua au même moment. II vogua 1'efpace d'environ deux lieues le long de la cote , toujours combattu par les vents & les flots , qui le forcèrent enfin de prendre terre a Circeum. II paffa la nuit dans le voifinage de cette ville, livré a fes inquiétudes & a fes irréfolutions. II étoic queftion de choifir un lieu pour fa retraite , & de fe déterminer entre Brutus & Caffius ou Sextus Pompée. Mais après une longue délibéra-' tion , il ne trouva point d'expédient plus agréable que celui de mourir (a). Plutarque raconte qu'il

'a) Cremutius Cordus ait, Ciceroni, cum cogitaffet,

Ari. de It;

710. Cicer. 64. Coss. C. Cksah'

3 C T AVI A« SUS.

Q. PEBJUS.

Sluiten