Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

PHILOSOPHIQUE des DEUX INDES. 29

ment & de celui de Timor n'cn couvrent pas les frais. La compagnie les auroit longtems abandonnés, fi ellene les regardoit pas juftement, comme la clef des ifles a épiceries.

L'isle de Borneo, oü la compagnie a aufli un établifiementj mais qui a un but moins important, eft une des plus grandes, fur notre globe, qu'on connoiffe. Ses cötes font peuplées de Macaffarois, de Javanois, de Malais $ d'Arabes, dont les mceurs font d'une grande férocité. Les Portugais & les Anglois, qui ont cherché a s'y établir, en ont été chaffés. Les Hollandois fe préfenterent, en 1748, devant 1'ifle, avec une foible efcadrc. Le prince leur accorda .le commerce exclufif du poivre, a 1'exception de cinq cents mille livres, /me les Chinois en tirent. La compagnie y envoyc du fel, de 1'opium & degroffes toiles. Sur ces objcts elle gagne a peine les dépenfes de fon établifiément, quoique elles ne montent pas au dela de 33,000 livres. Son feul benefice fe reduit a 1'achat de quelques dhmants, qu'on trouve ci & la le long des rivages des rivieres.

L'isle de Sumatra a onze dégrés du Nord au Sud; 1'équateur la coupe en deux parties prefque égales. Les chaleurs y font tempérées par des pluies & des vents. Les tremblements y font trés fréquents. La partie méridionale eft occupée par des Malais, dont la religion eft un mahométisme trés corrompu. Leurs loix font peu nombreufes. Ils fe font toujours des préfents, lorfqu'ils fe vifltent. La grande abondance des vivres, & la frugalité de ces peuples les difpenfe

Sluiten