Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

PHILOSOPHIQUE des DEUX INDES. 235

roïques dc fes ancêtres, lorfque les Anglois n'écoient rien; que toutes les nations commercantes de 1'Europe font intcreflees a plairc a un état auffi riche, & qu'elles fe réuniront, lorfque 1'anibition de 1'Efpagne lui donneroit des inquiétudes. Cependant, pour ne fe repofer pas enticrement du foin de fa défenfc fur 1'émulation des autres états, elle doit fe pénétrer de cet e maxime : qu'un état qui n'a ni armee ni Hotte, eft compté pour ïicn dans lc corps politique; c'eft ce qui eft le dernier des opprobres. Pourjouir de la conlidération, il ne doit pas avoir a craindre la guerre. Finalement, a juger dc 1'avenir par le préfent, tout nous autorife a conjeéturer que toutes ces réformes font plus a fouhaiter qu'a préfumer.

CHAPITÏLE X.

Établiffement des nations Européennes dans le grand Archipel de l'Amérique. Les Flibufliers.

ivtérique renferme entre le huitieme & le trente-deuxieme dégré de latitude feptcntrionale, 1'archipel le plus nombreux, le plus étendu, le plus riche que 1'océan ait encore offert a la curiofité, a l'aclivité & a 1'avidité des Européens. On le connoit fous le nom d'Antilles. Les vents qui foufflent presque toujours de la partie dc 1'Eft, ont fait appeller cellestqui font plus a 1'Oiijr.t, i.les du vent,

Sluiten