is toegevoegd aan uw favorieten.

Précis de l'histoire philosophique & politique [...] du commerce des Europiens dans les deux Indes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

442 PRÉCIS de l'HISTOIRE

voyance. On leur trouve peu d'ardcur pour le travail, & rarement font-ils bons cultivateurs. C'eft le pore, c'eft le maïs, c'eft le lait qui font leur nourriture; & l'on n'a d'autre paffion a leur reprocher qu'une paffion déméfurée pour les liqueurs fortes. Les premiers habitants de la Caroline Septentrionale fe bornoient a couper du bois, qu'ils livroient aux navigateurs. Bientót ils demanderent au pin qui couvroit le- pays , de la térébenthine , du goudron & de la poix. Avec le temps, la province parvint a fournir a 1'Europe des cuirs, un peu de cire , quelques fourrures, dix ou douze millions pefant d'un tabac inférieur ; & aux Indes Occidentales, beaucoup de cochon filé, beaucoup de maïs , beaucoup de légtimes fecs, unc petite quantité de mauvaifes firines 3 & pluiieurs objets de moindre importance. Les exportations de la colonie ne paffoient pas douze ou quinze cents mille livres. Dans toute 1'étendue des cótes, il n'y a que Brunfwick qui pailfe recevoir les navires deftinés a ces opérations.

La Caroline Méridionale fournit, au commerce des deux mondes , les mémes objets que la Caroline Septentrionale : mais en moindre quantité. Elle a principalement tourné fes travaux vers le riz & 1'indigo. L'époque de la culture du riz remonte a la plus haute antiquité. Elle eft toujours fuivie d'effets pernicieux. Les cultivateurs des rizieres font ordinairement livides & hydropiques. Le riz croit, par les foins des Negres, dans les marais voifms des cótes. II y acqiüèrt tous las jours plus de perfeétion. Les expor-