Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ïpO MÉMOIRES

que 1'inquiétude agitait fortement depuis mon arrivée : parlez a ces malheureux , me répete encore le même Boyard, en s'avancant fur le devant du perron , pour me fervir fans doute de Collègue fur cette nouvelle tribune auxharangues. Trois Jéniffaires armés jufqu'aux dents y fiégeaient avec toute la morgue de 1'iflanifme. Leur air d'importance annoncait des protedeurs , & forcé de mettre a fin cette aventure, je crus qu'il était a propos de commencer par en impofer a ces braves pour étonner la multitude. Que faites-vous ici ? leur dis-je d'un ton ferme. Nous défendons ces infideles, me répondit un d'eux. Vous les défendez, répliquai-je , & contre qui ? Oü font leurs ennemis ? Eft-ce le GrandSeigneur , ou le Kam des Tartares ? Dans ce cas vous êtes des rébelles & les feuls moteurs du défordre qui regne ici. Comptez fur moi pour vous en faire

Sluiten