is toegevoegd aan uw favorieten.

Recherches sur le commerce. Ou Idées rélatives aux intérêts des différens peuples de l'Europe.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

74 Chap. III. BANQUE

les circonftances, cette opération pourroit être des plus préjudiciables a la fociété (36).

La manoeuvre, dont nous venons de faire mention, occafionne encore une autre inconvénicnt,mais qui cependant fe trouve d'une nature un peu différente de celui dont je viens dc fuire mention. Je veux dire que , par le prêt de la Banque, on privé les particuliers ou nos Concitoyens qui ont de 1'argent en Caiflè , de le placer avec avantage ; de forte que cet argent oifif ne trouvant pas a fe placer dans le pays , doit être placé chez 1'Etranger, fouvent au préjudice de 1'Etat,

Toutes chofes ég?.les, on ne devroit donc pas acheter davantage pour le poids de 30 que pour le poids de 25 onces.

II en eft de même de notre papier, ou du crédit dont nous parions , èt nuelque différence prh, paree que le papier repréfente aufii 1'argent, & c'eft ce qu'on donne encore mieux a entendre par la Note fuivante.

(36) Pofons le cas qu'il y ait 2 ou 3 millions h placer, lorfque Ia Banque fait un prêt. Si cet argent fe tiouve fans emploi, & entre les mains de perfonnes entendues dans le Commerce, elles peuvent 1'employer par exemple k 1'achat des grains, lorfque ceux - ci fe trouvent 4 bas prix; ce qui dans ce cas doit naturellement les faire renchérir.

J'avettis que je ne limite pas le tantum de ce dérangement, car il opere fi impcrceptiblement qu'il feroit ridicule de le vouloir fixer. II fuflït que je falie fentir que cela fait varier le prix des chofes dans Ie total. Les Evaluations ne font pas toujours fondées ni conduites dans une proportion équivalente au befoin, c'eft fouvent 1'opinion feule qui les regie ou qui y entre pour beaucoup.

C'eft une regie générale fondée fur 1'expérience, qu'une plus forte abondance d'argent fait tout renchérir de même que ia rareté d'efpetes produit un eflët tout contraire.