Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

< # >

Cefl; la Déité de tout agej Jamais fon culte faint ne peut être oublié;

Et dans le Panthéon du fage,

Son autel efl privilégié. Je t'nffre les eflais de ma mufe timide, Comme 1'on offre au ciel les prémices du fruit. Heureux! fi quelque jour la douce Zoraïde

Me lit, m'approuve et me fourit. Ses fublimes vertus, faconfolante image

Sans ceffe occupent mon efprit, Et fij'écoutois tout ce que mon cceur me dit,

Son nom feroit a chaque page.

Sluiten