Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DES PAYS-BAS. 3t

droits de Douanes qu'on relévoit dans plufieurs Endroits, foit le long des Rivieres, ou ailleurs; les foires, les Marchés publiés, & les privileges qu'on accordoit aux Marchands du pays, & a ceux des pays étrangcrs (23), comme auffi les dons & les

Mezeray CT.Lp.480O en donnant Ie détail des mceurs & des coutumes des Rois de Ia feconde Race, rapporte ce qui Tuit: il fe „ faüblt trois fortes de levées de deniers , les unes par tete , les autres fur les biens & fruits de la terre, & les autres fur les marchandifes ,, & denrées dont on trafiquoit; mais pour le dernier, les Princes „ Carlovingiens 11e prenoient aucun impöt que des marchands. Car „ chacun failbit les charois & les voitures pour fon menage, fans „ payer aucun droit, non plus que ceux qui fourniffbient la maifon „ du Roi, & que ceux qui alloient a la guerre. Les Pélérins ne pa„ yoient aucun pdage par jles chemins ,& plufieurs Abbayes en étoient „ exemptes pour les chofes qu'elles achetoient pour leur fourniture."

Kotre Hiftorien Wacênaab T. II. p. 24. en parlant des Douanes & des pdages s'exprime entr'autres ainfi: „ II y eut plufieurs fortes de Douanes diigées dans tous les Domaines des Francs, & „ aulïï dans ce Pays. On avoit une Douane qu'on nommoit Doua„ ne de Rivage (oever Tollen) en latin Repaticum, uns autre nommée „ Rotalicum, une Douane de Pont Pontaticum outre plufieurs autres. „ Les Couvents, les Eglifes, quelques Villes & des Perfonnes diftinguées par des graces fpéciales en furent exemptes. On en lit fou„ vent don aux Eccléfiail'ques , aux Comtes &c. &c.

(23) L'Auteur des Chron. de Flandre T. L p. 50 ïi 1'année 958 rapporte que le Comte Baudouin III. fit au connnencement de fon regne tout fon pofiible pour augmenter la profpérité de fes fujets. II jugea que pour y mieux réulïir, il n'y avoit pas de moycn plus efficace que de protéger le Commerce dans fon Pays par toute forte de foins. 11 fortifia en conféquencc plufieurs places, afin que les habi. tans puflent avec plus de fureté tranfporter leurs marchandifes.

11 inTKtua des foires ou des marchc's publics a Tpres, a Feurne, k Bergen (Mans), a Borbonrg , a Dixmvyde, a Aerdenborg, a Rodenborg öc a Roufelaar. Outre ;ccla il inftitua des foires annuelies, lefquelles a certains jours de 1'année étoient pour tous les Etrangers. Comme a Britges , a Courtrai, a Tournai ou Thouroult & a Cafel, accordant a cet elfet

Sluiten