is toegevoegd aan uw favorieten.

Recherches sur le commerce. Ou Idées rélatives aux intérêts des différens peuples de l'Europe.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DE LONDRES. 173

Après que la refonte des anciennes Efpeces a la Monnoye eut été faite, que les nouvelles Efpeces eurent été répandues dans le public, & furtout après que la Paix avec la France eut été conclue , le crédit de la Banque & de YEchiquier fe retablit, & ce fut YEchiquier qui mit la Banque k même de liquider fes engageraens.

On fit de nouveaux arrangemens pour liquider les anciennes dettes de la Banque, & pour établir fon crédit a 1'avenir fur un pied plus folide: fa Chartre fut confirmée, & fous la Reine Anne elle fut même prolongée. On lui accorda de plus, qu'après que fon Capital auroit été porté a Douze Cens mille Livres, il lui feroit permis d'ouvrir une nouvelle Soufcription (19).

Ce fut a cette occafion que le Capital de la Banque, qui jufqu'alors n'avoit été que de 1,200,000

promefTe d'un intérêt de fix pour cent par an, & qu'en payement elle recevroit fes propres Billets, qui perdirent encore le 21 Juin 1697, 13 a 14 pour cent. Elle accorda de plus qu'on pourroit dilpoferala Banque par forme de tranfport jufqu'a la fomme de cinq Livres fterlings h la fois. Voyez Anderson. A Ia page 217,on obferveencore plus clairement 1'embarras de la Banque, & combien peu fes Propriétaires étoient emprefTés a fatisfaire promptement a 1'appcl que la Banque leur avoit fait.

(19) Anderson, p. 217, 219 & 244. Et Dict. of Trade and Comm. oü les différents Aétes concernant la Banque fe trouvent cités.

Pendant le difcrédit il y eut plufieurs Perfonnes qui firent des gains confidérables par 1'achat des Billets de Banque. Entr'autres une feule Perfonne y fit un gain dans ce tems-la de foixante mille Livres fter> iings. Voyez ANDERSON p. 219.