Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Subnde accordé par les Monaftères en *37+-

C «• ■>

par rapport dux conclufions qu'on en a prétendu tirer, & efiayons de tourner contre ce fyftême les armes mémes avec lefquelles on a tenté de le fourenir. Elles portent a faux dès Ie premier coup.

On avance que les Villes ont voulu charger Ie Clergé Régulier d'une partie du fubfide qu elles avoient accordé aux Souverains en 1372, fans que des Députés, de la part du dit Clergé, y euflènt confenti. (38)

Mais n'eft-ce pas la donner le démenti le plus formel au Duc & a Ia Ducheflè mêmes ? Prenons en main un Acte de 1'an 1374, contenant entre autres Ia ratification de 1'accord fait a Braine-l'Alleu entre eux & les Villes en la même année, & il ne reftera plus de difficulté fur cette matière. ( 39) Ils 1 y dif^ntf d'abord que tout le pays d'un commun confenfement leur a accordé la fomme portée ci-deflbus: JVant — onfe goede Lieden van onfen Lande van Brabant GEMETNELTCK ons geloeft gewillekoert hebben, geruftelyck ende t geconfenteert te geven te hulpen, negen hondert duyfent moettoenen , ende vertïgh duyfent onfer munte van Vilvoerden. Ces mots goede Lieden van onfen Lande van Braba:it, font ici un terme colleclif qui comprend les trois Ordres des 5 Etats. Les Ducs indiquent enfuite la part que chaque Ordre y portoit : Dat te verflaene die Kloojleren hondert ^deyfent ende vyfthien duyfent ende die Baenroitfen , Ridderen , Steden 'ende plat-landt achthondert duyfent ende vyf-en-twintigh duyfent der motoenen voorfz. Le fens laturel & unique de ces paroles eft : que les Monaftères leur avoient accordé ia fomme énoncée ; comme elles fignifient a coup sur que les Barons, les Chevaliers, les Villes & le plat pays avoient accordé leur quote. Ce qui fuit, ate tout doute a cet égard : Ende overmits dat onfe voorfz. goede Lieden ende Lant hierinne foo goenflelyck hen tot onsweert gegeven hebben ende ons grootelyck hielpen met hueren goeden, foo eejl dat wy aenfiende de groote gonfle ende getrouwe dienfte die onfe goede Liede van onfen KLOESTÊREN, Lande ende Steden voorfz. DICKiVILS ons ende onfen voirderen gedaen hebben , ende nu fonderlinghe te deefe noot vrindelyck 4oen van gratiën ende niet van rechte , begeerende daeromme onfe voorfzvoede Lieden, Kloofleren, Lant ende Steden-, in raften ende in vreden te houdene &c.

C38) Pag. 48 & pag. 17 fuiv. II répete encore a Ia page 49 : Liquet igitur indequaque ex hoe toncordia: inftrumento, [de 1'an 1377] Clerum Regula■em minimè confenjijfe in ea qua: Braniai & alibi coniracta & Jiatuta fuerunt juoad precariarum fubfidium per pnefatum Clerum exonerandum, fed liber-

'atemfuam a talliis & exaSiionibus acriter defendiffe^ hancque duobus

iltimis articulis hïc infertis confirmari curaffe.

(39) Luyfter van Brabant, Part, I. pag. 171.

Sluiten