is toegevoegd aan uw favorieten.

Oeuvres badines, completes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

j i G H i s t. d v Chevalier.

des tambourins , & d'un nombre inruil d'inftru-

mens.

Lorfqu'il entra dans 1'églife avec tour ce cortès^e , Ie roi, la reine, &c routes les cours étoient d:ja arrivées auprès du tombeau commun qui renfermoir les corps des chevaliers. Ils éroient dans des cercueils féparés & embaumés avec foin. On avoir eu cette attention pour tous les chevaliers morrs a ces joütes, afin qu'ils puflent être rranfportés dans leur patrie. Tiran s'étant approché , frappa le tombeau de fon épée en difant: forte^ , rois quirepofe-[-ici. Alors,lesgens de juftice en firent 1'ouverture, & porrèrent les deux cercueils des rois au milieu de 1'églife, fous deux carafalques couverts d'étotTes précieufes. Le roi fit élever enfuite un cerctieil de bois d'aloès , chargé de fculptures, fur lequel on pofa leurs armes , & au-delfus, celles de Tiran, avec"des infcriptions en lertres d'or, qui -portoient que les deux rois de Frife & d'Apollonie étoient frères, 8i qu'ils éroienr martirs d'armes de la main du brave chevalier Tiran le Blanc. Après cette cérémonie, il fur reconduir par le même cortège jufqu'a. fon logement, oü il fe défarma, & lépondit a. la lettre de Kyrie-Eléifon.

Le roi d'armes Fleur de Chevalerie fe rembarqua donc dès le lendemain de fon arrivée, avec la demoifelle qui 1'avoit fuivi. Peu de temps après ils arrivèrent en Frife. Kyrié-Eléifon ayant lu la